L’opération Sac à dos du RMPÎM est de retour

Steve
Steve Caron
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’événement se tiendra le 1er septembre prochain

Le Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal (RMPÎM) fait appel à la générosité du public dans le cadre de l’opération Sac à dos, qui se déroulera le 1er septembre prochain.

L’opération Sac à dos du Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal se tiendra le 1er septembre. Les fonds amassés serviront à financer l’achat de nourriture et de matériel scolaire pour les familles à faible revenu. (Photo : Patrick Deschamps)

Cette journée vise à amasser des dons en argent pour faire l’achat de fournitures scolaires et de denrées alimentaires, afin de faciliter la rentrée scolaire de milliers d’enfants provenant de milieux défavorisés.

Des bénévoles du RMPÎM seront postés aux abords des stations de métro Square Victoria, McGill, Côte-Vertu, ainsi qu’à la place Jean-Paul-Riopelle pour recueillir les dons. Ils seront présents le matin, de 7 h à 9 h, et pour le retour à la maison, à partir de 15 h.

En fin de journée, les gens pourront également faire des dons au coin des rues Papineau et René-Lévesque (Météomédia) jusqu’à 18 h. L’objectif de la campagne est fixé à 15 000 $.

« À Montréal, 13,1 % des citoyens vivent avec un faible revenu, ce qui touche trois enfants sur 10. L’appel à l’entraide pour la scolarisation des jeunes démunis est une action chargée d’espoir pour l’avenir de notre communauté.

« Il est important qu’ensemble nous portions le rêve de nombreux enfants dans l’atteinte de leur objectif scolaire et de leur future carrière », soutient Sylvie Rochette, cofondatrice et directrice générale du RMPÎM.

Une période difficile monétairement

Pour les familles à faible revenu, la période de la rentrée scolaire représente un véritable casse-tête financier. Les factures se multiplient rapidement. Le loyer, l’électricité et la nourriture accaparent une grande partie du budget familial. Il en reste alors très peu pour le matériel scolaire et les vêtements.

« Pour moi, le Magasin-Partage est une bénédiction. J’ai perdu mon emploi et sans leur aide, je n’aurais pas les moyens de me procurer le matériel scolaire requis. Avec deux enfants à charge, ce n’est pas toujours facile d’arriver.

« Ici, j’ai au moins le sentiment de ne pas demander la charité. J’achète mes articles et ma nourriture. Je paie moins cher, mais je paie », explique Nicole, une mère de famille du quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Même les familles de la classe moyenne dont les parents travaillent ont de plus en plus de difficulté à joindre les deux bouts.

« La clientèle des Magasins-Partage n’est plus uniquement composée de familles sur l’aide sociale. L’augmentation du coût de la vie affecte les gens de toutes les classes sociales. Les familles de classe moyenne sont plus nombreuses que par le passé », ajoute Mme Rochette.

Les porte-parole de la campagne, les animateurs Isabelle Maréchal et Patrick de Bellefeuille, invitent les gens à être généreux.

Ils soulignent que chaque don compte et que tout le monde a droit à l’égalité des chances. Pour espérer sortir du cercle de la pauvreté et compléter leurs études, tous les enfants doivent avoir le matériel scolaire approprié.

Les personnes intéressées peuvent aussi faire des dons par le biais du site Internet du RMPÎM

Organisations: Regroupement des Magasins-Partage

Lieux géographiques: île de Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires