Les Évangéliques se lancent dans les élections

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pour aider les conservateurs

Ils sont trois quarts d’un million à travers le Canada.

Ils veulent faire élire les candidats conservateurs de Stephen Harper qui partagent leur points de vue.

Ils ont leur propre site-web « Vote, Pray, Serve »  (Votons, Prions, Servons) qui exhorte leurs fidèles à voter, prier, et travailler pour l’élection des 84 députés et candidats conservateurs qui pensent comme eux.

Selon eux, les députés et candidats qu’ils ont sélectionnés méritent une note parfaite « A » dans la défense des valeurs « familiales. »

En plus ils ont ajouté trois libéraux et la candiate indépendante, Helena Guergis, un ancienne ministre expulsée du gouvernement Harper qui est en première page dans les nouvelles aujourd’hui.

Les Évangéliques ont formé une alliance pour la campagne électorale avec le groupe anti-féministe REAL Women et un autre groupe religieux, « 4MYCanada »

 

Les Évangéliques quels candidats conservateurs qu’ils appuieront d’après la façon que ceux-ci ont votés sur des questions de religion et moralité dans le passé. 

Ils ont écarté complètement deux ministres conservateurs, Lawrence Cannon et Josée Verner, sans doute à cause de leur positions sur l’avortement.  Et il n’y a pas un seul néo-démocrate ni un seul bloquiste sur leur liste de candidat approuvé par eux.

Le groupe évangélique est contre l’homosexualité, les mariages gais, les gais dans l’enseignement, les avortements, le financement des avortements dans le Tiers-monde, et le sexe pour les jeunes entre 14 à 16 ans.

 

Le site-web inclut des pubs plutôt émotives. Dans une pub, on entend une fillette qui se plaint d’une voix d’enfant : « Je ne veux pas vivre dans un pays ou on tue les petits bébés. »

Franchement, c’est touchant !

Dans un reportage, la journaliste Brigitte Bureau de Radio-Canada a récemment démontré les liens étroits entre Harper et les groupes évangéliques. Harper lui-même et sa famille  fait partie de la l’église  « East Gate Alliance Church » une église évangélique d’Ottawa.

C’est normal que les Évangéliques appuient un des leurs.

Avec Stephen Harper et ses conservateurs confortablement en avance dans les sondages, et si proche d’une majorité, les Évangéliques croient que c’est le temps de donner le grand coup de la fin vers la victoire.

Il y a des centaines de réunions politiques planifiées dans des sous-sols d’églises cette fin de semaine pour mobiliser les troupes.

Reste à voir si leur aide suffira pour donner une majorité à Harper.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • gateyel
    17 avril 2011 - 21:28

    Je trouve que l’appui des « Les évangéliques » envers le gouvernement Harper est un lobbying malsain, propulsé par des groupes marginaux à vision étroite. Cette démarche va à l’encontre du bien commun. Les causes qu’ils supportent n’ont rien à voir avec la bonne gestion du pouvoir public. M. Harper peut bien aller à la messe tous les dimanches et avoir une vie de famille bien rangée, mais cela ne l’empêche pas de prendre des décisions qui ne reflètent pas ses valeurs religieuses pendant toute la semaine. Il a tendance à s’aligner beaucoup plus sur les valeurs de nos voisins du sud, principalement sur G.W Bush. Ce dernier est le modèle du pharisien qui parade à sa messe du dimanche et qui n’hésite pas à fomenter ses missions de terrorisme économique, principalement contre les pays producteurs de pétrole, comme en Iraq. Il se soucie peu des familles qu’il piétine à longueur d'année.Il devrait accorder ses décisions politiques avec ses valeurs humaines. Les seuls principes qui devraient régir nos politiciens devraient être basés sur le respect des droits de la personne, le respect des autres, le respect de l’environnement et finalement sur l’application d’une démocratie au service de toute la société. Il ne faut surtout pas que les Amériques se croient investies de la mission d’aller implanter « leur démocratie » dans les pays arabes. Leur modèle étant loin d’avoir promu une justice sociale chez nous. Les seuls principes politiques acceptables sont ceux qui font consensus de la plupart des religions.