Les commissaires possèdent peut-être des diplômes, mais pour ce qui est du bon sens…

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les commissaires possèdent peut-être des diplômes, mais pour ce qui est du bon sens…

MM. Bouchard et Taylor prennent-ils les Québécois pour des idiots qui s’imaginent des choses dans leur tête? Si c’est ça qu’ils concluent après avoir dépensé plus de trois millions, c'est pas fort. C’est peut-être eux, finalement, qui s’imaginent des choses. Les accommodements religieux sont un problème qui est bien réel.

Les Québécois ne sont pas racistes au contraire, ils sont accueillants, généreux, même trop, quelques fois. Dans Côte-des-Neiges, des Québécois d’environ 22 origines culturelles différentes cohabitent harmonieusement. C’est inspirant d’observer la réunification de toute cette diversité de cultures. Le Québec est un exemple en ce domaine.

Ce qui dérange les Québécois d’origine française, mais aussi d’origine italienne, haïtienne et de toutes les origines, ce ne sont pas les immigrants. En excluant les Premières Nations, ne sommes-nous pas toutes des filles (fils) d’immigrants ? Ce sont les accommodements religieux qui dérangent. Certains ne respectent pas les valeurs québécoises. Ils nous imposent carrément leurs rites. Si on ose dire un mot, on nous accuse de racisme. Leurs procureurs s’empressent alors de nous brandir la charte des droits qu’ils utilisent malicieusement, allant même dans le sens contraire des valeurs, des droits ainsi que de la justice pour tous. Ils le font très bien, d’ailleurs.

Pourquoi accorderions-nous à quelqu’un le droit de porter un hijab au travail pour des convictions religieuses mais pas à un autre de porter une casquette de son groupe rock préféré si ce sont ses convictions ? Pourquoi permettons-nous à certains citoyens d’enfreindre les règlements municipaux alors qu’on ne permet pas à d’autres de les enfreindre ? Si on donne un droit à un citoyen, on doit donner ce même droit à tous !

Il faut cesser de confondre les mots « immigration », « accommodements religieux » et « langue française ». Ce sont trois problèmes distincts et ils doivent être traités séparément. Malheureusement, tous ces mots sont souvent confondus, question de nous mélanger un peu plus ou encore, pour se faire du capital politique.

Le Québec qui se proclame une société laïque a décidé de garder le crucifix à l’Assemblée nationale... - Sylvie Tremblay, ex-vice présidente de l'ADQ

Organisations: Premières Nations, Assemblée nationale, ADQ

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires