Le bénévolat à deux, c’est mieux

Olivier Laniel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Jeanne et Léo St-John sont activement impliqué au sein du Club optimiste de L’Île-Bizard depuis 20 ans. (Alarie Photos)

Il y a des bénévoles qui consacrent un temps fou à leur passion. Jeanne et Léo St-John sont du nombre, eux qui s’impliquent au sein du Club optimiste de L’Île-Bizard depuis 20 ans.

Néo-Brunswickois d’origine, Jeanne et Léo St-John ont aménagé avec leurs enfants à L’Île-Bizard en 1970. La famille s’est aussitôt impliquée dans la communauté, en s’investissant dans le sport. La dame s’est ensuite jointe au Club optimiste de L’Île-Bizard, où elle œuvre toujours avec son mari, Léo. «J’ai été dans l’organisation de la balle molle pendant 11 ans avec mon mari et les enfants. Un jour, quelqu’un m’a rencontré et m’a demandé ce que j’allais faire de mon temps. Je pensais me reposer, mais la personne m’a parlé du Club optimiste qui avait besoin de membres, et automatiquement on m’a demandé d’aller les voir. J’y suis maintenant depuis 1991», affirme Mme St-John.

L’implication avant tout

Les deux tourtereaux pourraient profiter d’une retraite paisible, mais continuent à travailler. Mme St-John travaille trois jours par semaine à l’hôtel Holiday Inn de Pointe-Claire, tandis que son mari conduit des autobus scolaires 36 heures par semaine. Tout cela, en plus de consacrer une moyenne d’une quinzaine d’heures par semaine au bénévolat.

Durant la guignolée de Noël, le couple peut facilement consacrer de 20 à 25 par semaine au Club. «C’est les téléphones, la paperasse, l’organisation, la collecte, les livraisons et on essaie de tout combiner cela», explique la dame. La satisfaction est toutefois au rendez-vous, alors que l’an dernier 158 familles de la région ont été servies. «On aime beaucoup la Guignolée. C’est vraiment valorisant l’aide qu’on peut donner. C’est un travail énorme, mais quand on a fini, on retient beaucoup de choses», ajoute Mme St-John.

Pas d’excuses pour l’inaction   

Pour le couple, les aléas de la vie ne les ont jamais empêchés de consacrer des heures de bénévolat. À ceux qui disent ne pas avoir le temps de faire du bénévolat à cause du travail et d’une jeune famille, Jeanne St-John est claire: «On est aussi passé par-là!» Comme bien des gens, elle préférerait parfois rester coucher au lieu de se lever à 6h un samedi matin, après une semaine de travail. «Si tu veux t’impliquer autant pour toi que pour tes enfants, et bien tu te lèves et tu y vas», note la dame.

Soulignons que la dame a exercé plusieurs positions au sein de l’organisation, soit celle de secrétaire, présidente, lieutenante-gouverneure en plus d’être adjointe au gouverneur dans le district centre du Québec. Son mari est pour sa part vice-président voies et moyens du Club. La section locale compte 32 bénévoles à L’Île-Bizard qui organisent différentes activités pour jeunes et moins jeunes.

Pour le couple, le simple fait de s’engager dans le bénévolat donne l’exemple aux enfants, ajoute celle qui a trois enfants et sept petits-enfants. 

Beaucoup de sacrifices sont nécessaires pour arriver à jumeler travail, famille et bénévolat, mais une bonne organisation de son horaire permet d’atteindre ses objectifs. «On n’a même pas le temps de dire qu’on s’ennuie. Des fois, j’ai hâte de ne rien avoir à faire pour m’ennuyer, mais jusqu’à date, ce n’est pas arrivé», conclut la bénévole. 

 

Jeanne St-John en trois questions

1) Qui est votre modèle?

«Tous ceux qui s’impliquent et qui font du bénévolat pour aider les autres.»

 

2) Quelle est votre plus grande réalisation?

«Mes enfants! Je suis fière d’eux et de leur réussite. Je suis aussi fière de mes sept petits-enfants. On a vraiment du plaisir ensemble.»  

 

3) Si vous pouviez changer une seule chose dans le monde?

«Empêcher le décrochage scolaire chez les jeunes. Pouvoir les impliquer dans quelque chose qu’ils font, qui vont les intéresser.»

Organisations: Club optimiste de L’Île-Bizard

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires